“Je suis pécheur, je me sens pécheur, je suis sûr de l’être”

 

A) Texte du discours de JM Bergoglio:

Je suis pécheur, je me sens pécheur, je suis sûr de l’être; Je suis un pécheur dans lequel le Seigneur a regardé avec miséricorde. Je suis, comme j’ai dit aux prisonniers en Bolivie, un homme pardonné. Je suis un homme pardonné, Dieu m’a regardé avec miséricorde et il m’a pardonné. Encore maintenant je commets des erreurs et des péchés, et je me confesse tous les quinze ou vingt jours. Et si je me confesse c’est parce que j’ai besoin de sentir que la miséricorde de Dieu est encore sur moi” (Entretien avec Bergoglio de l’hebdomadaire ”Croire” – 2 décembre 2015)

 

B) les références à l’Ecriture Saintes:

Plus tard, Jésus le retrouve dans le Temple et lui dit: ”Te voilà guéri. Ne pèche plus, il pourrait t’arriver quelque chose de pire” (Jean 5,14)

Elle répondit: ”Personne, Seigneur” Et Jésus lui dit: ”Moi non plus, je ne te condamne pas. Va, et désormais ne pèche plus” ” (Jean 8,11b)

‘Soyez saints, car moi, le Seigneur votre Dieu, je suis saint” (Lévitique 19, 2)

 

C) Commentaire:

Jésus pardonne afin que le pécheur, repenti, ne se trompe plus et ne répète plus les mêmes erreurs, afin qu’il ne lui arrive, comme dit l’Evangile, quelque chose de pire. Une fois pardonné, il ne faut plus pécher.

Personne ne veut faire étalage de la perfection. Tous sont sur le chemin. Mais la volonté de fer d’être saint doit être la compagne constante pour pouvoir vivre pleinement de l’Esprit du Christ.

Le vrai chrétien, une fois pardonné, doit s’efforcer de ne plus pécher. Bergoglio n’a pas réussi à le faire et n’arrive pas à ne plus pécher. Il confirme d’être pécheur, même après avoir été pardonné. Qui devrait sur la terre être le premier exemple de sainteté? “Sa Sainteté”. Car le pape est appelé ”Sa Sainteté” ou ”Saint-Père”? Car il devrait être pour tous l’exemple vivant non de celui qui est pécheur, mais de celui qui est saint sur terre, suivant l’invitation de Dieu, le Seigneur, à être saint. Ainsi comme Christ est saint, le ”vicaire” du Christ, celui qui fait l’administrateur du Christ sur la terre, devrait être saint ; et de n’être de son propre aveu, pécheur. Mais si celui qui devrait donner le premier exemple de sainteté est sûr d’être un pécheur, que devrait penser le peuple des chrétiens? Que personne peut être saint sur cette terre, et que chaque effort pour devenir saint est inutile. Mais en raisonnant ainsi on contredit l’enseignement de Dieu, qui dit plutôt au peuple, ”Soyez saints, car moi, le Seigneur ton Dieu, je suis saint”. (Lévitique 19, 2)

Donc,les enseignements de Bergoglio ne devraient être ni écoutés ni suivis, car celui qui est dans le péché, n’est pas en grâce de Dieu et donc l’Esprit Saint ne demeure pas en lui. Donc, si l’Esprit Saint ne demeure pas en lui, un autre esprit y demeure, qui ne peut pas être saint.

Jésus enseignait par œuvre de l’Esprit Saint, qui était en Lui et en Lui il n’y avait pas de péché. Il ne peut pas y avoir l’Esprit Saint ensemble avec le péché. Qui est avec le péché ne possède pas l’Esprit Saint, mais est animée par un esprit qui n’est pas saint, par l’esprit du malin.

Si donc Bergoglio est sûr d’être pécheur, on est sûr que l’Esprit Saint n’est pas en lui.

Et qui est sûr d’être pécheur, s’il ne se convertit pas et ne change pas de vie, c’est sûr qu’il va à l’enfer.